Quantcast
Lundi 30 janvier 2012 1 30 /01 /Jan /2012 08:00

Au-voleur.jpgJ'ose espérer qu'il s'agissait, de petits jeunes blasés ou pauvres et en recherche d'un bon larcin. Je sais que c'est la crise, toussa toussa, mais c'est le genre de trucs qu me fait bondir et me donne des envies de violence.

Un peu comme quand on brûle des bagnoles dans les cités.

 

J'ose espérer qu'on ne l'a pas observée pendant ces trois mois de veuvage. L'heure à laquelle elle part le matin, le fait qu'elle ne rentre pas le midi. Sa voiture à lui qui n'a plus bougé depuis des mois, son jardin mal entretenu parce qu'il n'est plus là pour s'en occuper...

 

Mais je me doute bien que si.

 

Le téléphone a sonné à 23h30 jeudi dernier. Je ne dormais pas. En entendant la voix de ma soeur, en larmes, j'ai eu peur pour son petit. Mais ça n'était pas ça.

Quelqu'un est rentré chez elle pendant la journée. A volé juste une petite boîte contenant des bijoux, laissant l'ordinateur, les télévisions...

Portes et fenêtres grandes ouvertes. Tiroirs grands ouverts. Sentiment de sécurité complètement détruit.

 

Je ne vais pas te la jouer "les cambrioleurs sont vraiment des méchants", mais comme d'habitude, quand je me sens impuissante, en colère, complètement blasée, j'ai besoin de venir m'épancher ici.

 

Elle n'en avait pas encore assez ma soeur ? Il faut qu'une bande de ********* vienne lui prendre un peu de ce qui lui reste : ce sentiment d'être chez elle dans cette maison qu'ils ont choisi ensemble, ce projet de vie qu'ils avaient en commun, ce petit bout de terre qu'ils voulaient laisser à leur fils.

Il y a un peu de Lui dans chaque pièce, chaque meuble choisi, chaque objet Cars qu'il s'efforçait de collectionner pour son fils.

 

Et ils lui ont pris ça. Maintenant, quand elle rentrera chez elle, ce sera dans la peur d'y trouver quelqu'un. Dans la peur de ne plus y retrouver quelque chose.

Sur cette île où la nuit est peuplée de bruits, elle a passé la sienne à essayer de distinguer celui d'une porte qu'on essaie d'ouvrir, du pied de biche qui déloge le loquet de son volet en bois...

Juste au moment où elle retrouvait un semblant de sommeil correct.

 

Les cambriolages sont souvent commis par des personnes de l'entourage des victimes, lui ont dit les gendarmes. Rassurant.

 

Estimez-vous heureuse qu'on ne vous ai volé que quelques bijoux.

 

Ils ont volé bien plus que ça.

 

 

P.S : Inutile de vous dire que si je tenais ces salopards...

Quelqu'un les a vus entrer, a prévenu les gendarmes. Mais ne témoignera pas sur ce qu'il a vu. Merci, mais pas merci.

 

P.P.S : Pour la comparaison faite avec les bagnoles dans les cités, aucun mépris de ma part, j'en viens des cités. C'est pour ça que je dis que c'est vraiment couillon de brûler la voiture d'un père de famille pour crier sa colère. Même si elle est légitime.

Publié dans : Humeurs chafouine
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés