Quantcast
Lundi 28 janvier 2013 1 28 /01 /Jan /2013 11:10

Tel des plantes (exotiques alors), mes petits poussent, poussent, poussent. En silence ? Non, faut pas déconner. Mais je trouvais que c'était un bon titre (en plus j'adore l'émission).

Ils cohabitent désormais dans la même chambre, pas le choix. Et ça se passe plutôt bien, malgré quelques micro-réveils.

Le bilan de mes chronophages, c'est tout de suite...

 

 

La Fève, dite Petite Madame, bientôt 22 mois. 9 kg et des brouettes. Blonde. Bouclée. Belle.

La Fève, ma douce chérie, est un petit gabarit. Elle qui était un bébé assez potelée, peine à dépasser la barre des 10 kilos. La pédiatre est un peu soucieuse, mais pas moi. Elle stagne en poids, et alors ? Elle mange et elle s'épanouit bien, sa courbe n'est pas "cassée", pas d'inquiétude.

Ses petites cuisses se sont bien affinées et son petit cou se dessine enfin (on est bien d'accord qu'avant un an, un bébé n'a pas de cou !). Il faut dire qu'elle marche, marche, marche. Sa démarche est encore bien fragile, parfois on dirait qu'elle a bu trop de mojito, c'est adorable.

 

Elle commence à parler. On ne saisit pas tout mais elle sait se faire comprendre sur des trucs essentiels : le "bibi" d'eau ou de jus de fruits, Trotro (l'âne trop trop rigolo), les animaux, les gâteaux.

Par contre, pour dire jambon, elle dit "maman", je ne sais pas comment je dois le prendre.

 

Les nuits se passent toujours aussi bien, pourvu que ça dure... Le rituel des animaux est toujours aussi efficace, y compris après un petit réveil.

Elle va à la crèche une fois par semaine, le mardi. Elle adore ça, même si elle a du mal à rester à table avec les autres, à partager les jeux. Elle a adopté là-bas un doudou dont elle n'a pas besoin à la maison et elle réclame souvent d'être dans les bras des puéricultrices.

 

Elle ne tète plus. Je crois que je suis arrivée au bout de mon allaitement et j'en suis heureuse. Parfois ça me manque mais c'est aussi un vrai plaisir de se câliner juste comme ça, sans rien déballer.

C'était pratique, agréable, magique, unique d'allaiter pendant 21 mois. C'est terminé, c'est ainsi, c'est accompli.

Elle n'a pas remplacé le sein par du lait. Chaud ou froid, ça ne passe pas.

Du coup, le petit déjeuner est un peu casse-tête, on teste un peu tout : jus végétaux, yaourts, céréales...

 

Le Terrible Two nous guette. Cette petite fille a beau être d'une beauté époustouflante (sa mère est un canon parait-il. Hum), elle hurle à la moindre contrariété. Non, stop, arrête, laisse : autant de mot qui sont capables de déclencher un conflit mondial. Hiroshima c'est de la gnognotte à côté.

 

Images-112010_012011-1045.JPG

Noël 2012.

 

Heureusement, pour occuper ce tempérament explosif, nous avons un atout majeur...

 

Le Haricot. 13 ans au mois de mars (sanglot). Poids inconnu. Taille inconnue (mais me dépassera bientôt. Sanglot). Chausse du 40 (bordel).

Le Haricot est un paradoxe. Il casse la baraque en cours et il aime l'école. Il est un peu je m'enfoutiste sur les bords, donc je dois veiller au grain sinon il se relâche un peu. Il a de grandes facilités et comme sa mère, c'est un rat de bibliothèque.

MAIS, c'est un grand bavard. Il papotte sans arrêt au point d'énerver un peu ses profs. Mais sa répartie et son humour les déconcertent un peu : on le punit ou pas ce Haricot ?

 

Je suis parfois un peu (trop) sévère avec lui. C'est un ado, c'est vrai et j'oublie parfois que j'en étais une il n'ya pas si longtemps (bon, y'a 15 ans...). Je me fais peur, quand je le reprends, quand je rouspète : JE RESSEMBLE A MA MERE. (sanglotS).

 

C'est un beau mec mon fils. Les bagues qu'ils portent et qui me ruinent tous les 3 mois font des miracles. Ses dents sont bien alignées, encore quelques mois et on pourra enlever ce truc.

Il est grand et fin et lentement mais sûrement, il se crée son style.

Désormais, il faut lui acheter des boxers. Peu importe si les slips sont en promo. Les boxers, c'est mieux.

Il a renoncé à porter son pantalon sous les fesses (dieu que c'est laid !), mais il prend bien son temps le matin pour choisir ses jeans, son sweat, le tish qui va en dessous.

 

Il devient difficile de lui couper les cheveux. Je coupe trop court selon lui, alors je laisse ça à son père. Il lui fait un truc un peu fashion mais pas trop. Quand on regarde bien, il laisse juste un demi centimère de plus que moi hein.

 

Il veut organiser une boum pour son anniversaire. Mon beau-père a proposé de prêter sa maison.

"Tant mieux, je pourrais inviter au moins 25 personnes !". Au secours.

 

Images-112010_012011-0766.JPG

Ils ont l'air sympas comme ça hein ?

Publié dans : Humeurs de Maman
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés