Quantcast
Lundi 22 avril 2013 1 22 /04 /Avr /2013 08:00

Donc, aujourd'hui, je publie un truc écrit depuis longtemps à 4 mains (enfin plutôt à 2 mains et une bouche) avec le bien nommé Mister Chaussettes en boule, le sieur Nanou. Mon mari. Qui nous parle un peu de lui, une fois n'est pas coutume.

 

 

Donc toi, t'es déménageur c'est ça ?

Ouais, je fais du "dem" comme on dit dans le jargon. Je vais chez les gens, je charge, je prends la route et je décharge. C'est long dur et parfois crevant. Mais c'est mon kiff, mon métier.

 

Le "dem", c'est une histoire de famile ?

Ouais. Notre PME familiale existe depuis l'époque de mon arrière grand-père et on se la refile de père en fils. Mon père la dirige actuellement avec son frère et plus tard, ce sera sans doute moi épaulé par mon cousin.

Ma tante y bosse (comme Grand-Mamie à une époque, NDLR) et la cousine Aud' (ma soeur de coeur, NDLR) aussi, pendant ses études. Une affaire de famille quoi. C'est pas toujours, toujours évident, mais ça se passe bien.

 

Tu entends beaucoup d'a priori sur ton métier ?

Oui, plein, trop. On bosse de nos mains et parfois, on a très peu de reconnaissance de notre entourage, de nos clients. On croit à tort que déménager, c'est juste foutre des meubles dans un camion sans rien casser.

C'est bien plus que ça. Ca commence au devis. Evaluer le cubage (le volume total du chargement, NDLR), bien informer le client pour qu'il soit prêt le jour J. Souvent, on arrive et rien n'est prêt, il y a encore des cadres au mur, des cartons pas fermés et on perd du temps.

On n'est pas seulement des gros costauds, on fait marcher notre cerveau aussi pour calculer le devis, charger le camion correctement, sans perdre le plus petit centimètre. Au déchargement aussi, il faut être minutieux, précis, rapide et bien évaluer son temps.

Et monter un meuble démonté, qu'on n'a jamais vu avant, ça c'est rude.

 

Bon, alors raconte-nous, ça se passe comment le dem ?

En amont, y'a le devis. Les clients ont le choix, soit on fait tout de A à Z (même emballer les petites culottes), soit on les laisse faire leurs cartons eux-mêmes - qu'on leur fournit - soit on fait un mix des deux en emballant pour eux seulement le "fragile". C'est le plus délicat, les clients n'aiment pas le faire, ou le font mal et à l'arrivée toute la vaisselle est cassée.

Au chargement, nous sommes en général assez nombreux. On démonte les meubles, on emballe, on déplace l'électroménager. Il y a un chef d'équipe (mon mari - grosse fierté) qui donne à chacun un rôle. L'un des gars restent à l'arrière du camion pour charger. Il joue un peu à Tetris en rentabilisant au maximum la place dans la "caisse" (l'arrière du camion).

Après le chargement, en général, les clients nous rappelle de bien faire attention, surtout quand on va en province.

A l'arrivée, si le dem est en région parisienne, nous sommes nombreux, si c'est en province, on est deux ou trois. On décharge en une journée (ou deux si c'est un gros dem) et on repart.

 

Le truc que tu détestes dans ton métier ?

L'attitude des clients parfois. C'est vrai qu'un déménagement c'est cher et qu'on attend un service de haute qualité.Mais parfois, il peut arriver qu'ils tirent sur la corde, par exemple en nous demandant de déplacer trois fois un piano, alors qu'en principe, une fois posé on y touche plus.

Ou les clients désagréables qui nous accueillent en faisant la gueule.

Ah et aussi les gens en ville qui gueulent à cause de nos camions. Oui, c'est gros, oui c'est chiant, mais on n'a pas le choix, faut bien les mettre quelque part.

 

Et le truc que tu aimes ?

Ah, y'en a plein ! Le déménagement en lui-même, j'adore, je préfère ça au transport. C'est le deuxième truc le plus stresant dans une vie après l'arrivée d'un enfant et nous on absorbe un peu de ce stress en assurant. En faisant en sorte que les gens soit bien dans leur nouveau chez eux et rapidement

La route aussi, même si je suis loin de vous et que tu gères tout toute seule. C'est agréable, on voit du pays, on découvre les régions, même si on n'a pas le temps de visiter. Et parfois, quand on a de la chance, les clients nous remercient avec des produits du coin et ça c'est cool.

 

Comment tu fais pour rouler sans GPS ? Et pour conduire ces gros machins ? Ca m'a toujours intriguée.

J'ai commencé à bosser avec mon père tout petit. Je l'accompagnais sur la route, lui, mon grand-père ou mon oncle. Des GPS, y'en avait pas, juste des cartes. Bon, je le prends des fois mais j'essaie de ne pas en dépendre.

Et les camions, Nanette, c'est une question bête : j'ai mes permis poids lourds et super lourds. J'ai appris !

 

Quels conseils tu donnerais à quelqu'un qui déménage ?

De m'appeler ahahaha ! Non, sans blague, de prendre un pro quand ils peuvent.

De bien préparer son déménagement en numérotant les cartons et en indiquant le nom des pièces de la maison où on doit ranger.

De mettre le plus lourd (livres notammant) dans de PETITS cartons et le plus léger dans les GROS. D'emballer le fragile dans de la bulle et pas dans du papier. Toujours prendre un pro pour les pianos, c'est très dangereux de porter ça quand on ne sait pas.

Et ne mettez pas le café en carton. Vous en aurez besoin !

 

Et aux gens qui prennent un pro, tu leur dis quoi ?

De nous faire un petit café quand c'est possible, ce serait sympa. Je pousserai le vice jusqu'au petit sandwich le midi. Ca nous arrive parfois et c'est un vrai bonheur ! Des clients sympas, y'en a plein quand même.

 

Ca fait quoi d'avoir une femme bloggeuse (et trop bonne) ?

Ca fait rien. Je lis jamais ton blog, ou presque jamais. Tu sais que j'ai pas trop le temps et qu'internet c'est pas mon truc. Le blog c'est un truc que j'avais du mal à saisir au début. Le fait que les gens viennent lire ta vie, qu'ils vivent avec nous la naissance de la petite...

Mais je vois que c'est ton truc, ça te fait du bien, donc continue.

 

Tu te mets quand à faire la bouffe ?

Tu changes quand tes plaquettes de frein toi-même ?

 

 

Voilà. Une interview de star pour ma star à moi. Avec ses chaussettes en boule, sa calvitie naissante, ses plaquettes de chocolat, ses beaux mollets, son inaptitude totale à la cuisine.

Des fois t'es bien chiant, mais je t'aime quand même.

 

DSCI0078

Monsieur Nanou - Normandie 2009

Déménagement de la très vieille chaumière familiale

Publié dans : Humeurs d'amoureuse
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés