Quantcast
Lundi 24 octobre 2011 1 24 /10 /Oct /2011 08:00

J'ai déjà parlé longuement de Nanny, ma soeur. C'est Nanny pour le blog parce que dans la vraie vie, nos prénoms se ressemblent beaucoup. Nanny c'est un peu ma mère. Elle m'a tout appris, même à lire alors que je n'avais pas l'âge.

On s'engueule dès qu'on se voit, comme dans notre enfance. Mais de toute ma famille, c'est d'elle dont JAMAIS je ne pourrai me passer.

 

Vendredi, ma soeur est devenue veuve avant même d'être mariée. Son conjoint est décédé brutalement, alors qu'il était en déplacement professionnel.

Vendredi, elle ne pleurait pas au téléphone. Assommée, choquée.

 

Evidemment, malgré le prix décourageants des billets d'avion, je vais rejoindre ma soeur dès que possible aux Antilles. Je refuse qu'elle soit seule pour dire adieu à son amour perdu. Au père de son fils de 2 ans.

J'entends sans cesse sa voix neutre, sans larmes, égrénant toutes les formalités qui l'attendent et me demandant à MOI de tenir. Me disant que ça va aller. Tu verras, Nanette, ça ira. Viens si tu peux, mais ne te ruine surtout pas pour moi, tu sais comme c'est cher...

 

Je n'arrive pas à comprendre, pourtant j'essaie. Ce week-end, j'ai dit tellement de gros mots que c'en est indécent. Bordel de merde de vie et de destin de merde. Et pourquoi bordel. Et fais chier la vie putain. 41 ans, putain.

 

J'ai même dit un ou deux gros mots au bon Dieu aussi. Mais je sais qu'il a compris pourquoi.

 

Je pars très bientôt pour la Guadeloupe, avec ma fille. Le Haricot est au collège et je n'aurai pas les moyens de payer nos billets.

Un marathon administratif m'attend cette semaine. Ma fille n'a ni passeport ni carte d'identité (à 6 mois, je n'en voyais pas l'intérêt). Logistiquement, je ne peux pas la laisser en métropole et partir 15 jours au moins. Si dans la journée vous avez 5 minutes pour prier pour que ma fille obtienne un passeport en urgence, vous seriez des anges.

 

Presque 8000 kilomètres me séparent de ma soeur et j'en crève. Je voudrais être avec elle, la prendre dans mes bras, lui dire que je suis là. M'occuper de mon neveu pour elle, la décharger du poids de formalités qui l'attend.

Et je suis là. Et elle est seule.

 

Attends-moi, j'arrive. Je t'aime. Bientôt, je serai là.

 

 

P.S : Un grand merci à mes Follasses pour leur soutien indéfectible, comme d'habitude.

Merci également aux petits mots reçu via facebook et aux conseils sur la page du blog. Il est complètement dingue et beau de trouver tant de bonnes âmes sur internet.

 

P.S 2 : Je n'ai pas eu le temps de me pencher sur le concours Saforelle, je m'y mets dès que possible. Je posterai les lots avant de partir.

Publié dans : Nanette a le blues
Ecrire un commentaire - Voir les 40 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés